le nouveau roman

Le nouveau roman est un mouvement littéraire des années 1942-1970, regroupant quelques écrivains appartenant principalement aux Éditions de Minuit. Le terme fut créé, avec un sens négatif, par le critique Émile Henriot dans un article du journal le Monde du 22 mai 1957, pour critiquer le roman la Jalousie, d'Alain Robbe-Grillet. Le terme sera exploité à la fois par des revues littéraires désireuses de créer de l'actualité ainsi que par Alain Robbe-Grillet qui souhaitait promouvoir les auteurs qu'il réunissait autour de lui, aux Éditions de Minuit, où il était conseiller éditorial. Il précède de peu la Nouvelle Vague qui nait en octobre de la même année.

Définition

Dans Pour un Nouveau Roman, édité en 1963, Alain Robbe-Grillet réunit les essais sur la nature et le futur du roman. Il y rejette l'idée, dépassée pour lui, d'intrigue, de portrait psychologiques et même de la nécessité de personnages.

Repoussant les conventions du roman traditionnel, tel qu'il s'était imposé depuis le XVIIIe siècle et épanoui avec des auteurs comme Honoré de Balzac ou Émile Zola, le nouveau roman se veut un art conscient de lui-même. La position du narrateur y est notamment interrogée : quelle est sa place dans l'intrigue, pourquoi raconte-t-il ou écrit-il ? L'intrigue et le personnage, qui étaient vus auparavant comme la base de toute fiction, s'estompent au second plan, avec des orientations différentes pour chaque auteur, voire pour chaque livre.

Jean Ricardou le définit ainsi « le roman n'est plus l'écriture d'une aventure, mais l'aventure d'une écriture. »

Avant eux, en 1956, Nathalie Sarraute avait déjà interrogé le roman et récusé ses conventions dans son essai l'Ère du soupçon. Son œuvre romanesque est la mise en pratique de sa réflexion théorique.

Notons qu'à la même époque, l'Oulipo, avec des armes différentes, tente, avec un même succès, de renouveler l'acte de l'écriture. Les Choses (1965) de Georges Perec peut se lire comme une mise en œuvre du programme du nouveau roman où les objets de consommation courante deviennent le vrai héros du roman plus que les protagonistes.

Une nouveauté relative

Les « nouveaux romanciers » mettent en pratique des solutions littéraires qui ont déjà été testées par leurs prédécesseurs : À rebours de Joris-Karl Huysmans avait, soixante-dix ans auparavant, prouvé que l'intrigue est superflue dans le roman, Franz Kafka que la méthode classique de caractérisation du personnage est accessoire, James Joyce s'était débarrassé du fil conducteur du récit et les auteurs du théâtre de l'absurde avaient fait fi du réalisme.

Si les « néoromanciers » ne constituent donc pas, à proprement parler, une avant-garde littéraire, ils poussent sciemment et systématiquement la déconstruction romanesque entamée par leur ainés. Chacun de leurs livres se veut novateur et devient le lieu d'une expérimentation inédite sur l'écriture.

Des styles et des projets très divers, au prétexte qu'ils remettaient en question les fondements traditionnels du roman, reçoivent ainsi l'étiquette « nouveau roman », suscitant d'importants débats au sein de la « nouvelle critique » contre la critique traditionnelle dans les journaux et les revues littéraires. Le jeu, ou « l'aventure de l'écriture » (Jean Ricardou), consiste à faire éclater les codes, notamment en s'imposant des contraintes motivées (et non pas gratuites).

La reconnaissance critique est au rendez-vous : Nathalie Sarraute reçoit le Prix international de littérature pour Les Fruits d'or en 1963. En 1967, Claude Simon obtient le prix Médicis pour l'un de ses romans les plus connus : Histoire, un collage de souvenirs mêlant l'Histoire et l'histoire personnelle de l'auteur, dont la ponctuation ignore volontairement les règles orthotypographiques.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×