la contraction de texte

LA CONTRACTION DE TEXTE

 

 

C’est une épreuve qui comporte  3 sortes d’exercices : Le résumé, le vocabulaire et la discussion.

 

 

LE RESUME

 

I-                   Définition et exigences

 

A) Définition

- Résumer : réduire, contracter, raccourcir, condenser

- Un résumé est un texte en miniature, un petit texte.

- Le résumé se présente comme une version condensée, une image réduite et parfaitement objective d’un texte.C’est la réduction d’un texte au 1/3 au 1 /4 ou au 1/5 de sa forme.

 

 

b)     Les exigences du résumé

 

  1. La nécessité de condenser le texte.

 

Le résumé exige un effort pour dégager et utiliser l’essentiel, séparer l’utile du superflu. La proportion globale du résumé, c’est à dire le nombre de mots, doit être respectée.

 

  1. la nécessité de donner une image directe

 

-         les idées essentielles du texte sont toutes présentes.

-         Le plan du texte, la démarche de l’auteur, doit être le même que celui du résumé.

-         Il faut respecter le système d’énonciation de l’auteur.

  • Si l’auteur s’exprime à la troisième personne, le résumé doit en faire de même.
  • Si l’auteur s’exprime à la première personne (je, nous) on doit retrouver cela dans le résumé.

 

  1. La nécessité de reformuler

 

Il est indispensable dans le résumé de ne pas reprendre les termes employés par l’auteur. Il faut s’efforcer de trouver des synonymes et des expressions équivalentes. La paraphrase et le plagiat sont a exclure.

Cependant certains mots étant difficilement remplaçable, il est légitime de les réutiliser. C’est le cas des mots importants et des mots de sens larges.

 

Ex : la justice, la liberté

 

 

 

 

Exemple de reformulation

 

« Quand le feu gagne la forêt l’animal court vert la rivière »

                                                                          Sous l’orage, Seïdou Badian.

 

Face à ses problèmes, l’homme recherche des solutions.

 

 

  1. la nécessité d’une cohérence

 

Il faut que le résumé présente des idées cohérentes. Elle doivent suivrent un enchaînement logique. Les marqueurs logiques c'est-à-dire les mots liens ou mots de liaison traduisent cette cohérence interne.

 

Exemple : d’abord, ensuite, enfin, mais, etc. (voir tableau)

 

 

  1. la correction et l’élégance

 

-         la correction c’est le respect de l’orthographe des mots ainsi que des règles grammaticales

-         L’élégance dans le style. Il faut éviter les longues phrases, utiliser les phrases simples, courtes et bonnes. Il faut aussi exclure la vulgarité et l’agressivité dans le langage, de même que le jargon technique et le pédantisme (les mots recherchés).

 

 

II-                 La méthode du résumé

 

A-    Lecture et compréhension du texte

 

  1. La lecture simple : Elle est passive. C’est une prise de contacte avec le texte pour en avoir une idée globale sur le sujet évoqué, la simplicité ou la complexité du texte.
  2. La lecture approfondie : elle est active. On revient plusieurs fois sur le texte en travaillant sur :

-         les mots difficiles à éclaircir

-         les mots liens à encadrer ou à restituer

-         l’idée directrice à dégager.C’est le sujet abordé, la thèse développé, le fil conducteur du texte.

-         Les mots importants qu’il faut souligner.

 

 

B-     dégager la structure du texte

 

La structure d’un texte : c’est le plan du texte.Ce plan met en exergue toutes les idées du texte.On distingue trois sortes d’idées : L’idée directrice, les idées principales, les idées secondaires.

 

 

  1. l’idée directrice

On la retrouve en posant deux questions :

-         de quoi parle le texte ?

-         qu’est ce que l’auteur veut démontrer ?

C’est la thèse développée. L’idée directrice peut être explicite ou implicite. Elle est explicite lorsqu’on la retrouve dans le texte à travers une phrase se trouvant généralement en début de texte.

Elle peut être implicite, c'est-à-dire non précisée dans le texte.Dans ce cas, le titre du texte ou les idées importantes du texte peuvent permettrent de retrouver l’idée directrice.

 

  1. les idées principales

 

Ce sont les idée importantes d’un texte.On les retrouves à partir des mots importants de ce texte. Les idées principales résultent de la division de l’idée directrice.

 

  1. les idées secondaires

 

L’idée directrice se divise en différentes idées principales, chaque idée principale se divise en idées secondaires.

Les idées secondaires d’un texte correspondent à des détails explicatifs, des exemples ou des citations qui développent chaque idée principale.

 

 

 

Remarques :

-         Un texte peut se présenter sous la forme d’un bloc avec une disposition compact qui ne permet pas de distinguer des paragraphes.Pour dégager les différentes idées de ce texte, un travail plus approfondi s’impose.

-         Un texte peut présenter une structure en paragraphe avec une présentation claire et aérée des différentes idées.Cela  facilite la découverte des différentes idées, parce que de façon théorique, un paragraphe peut correspondre à une idées importante développée.

 

 

 

C- dégager le plan du résumé

 

-         Le plan du texte est détaillé.Il met à plat toutes les idées du texte (essentiel comme détail)

 

-         le plan du résumé se contente des I.P plus ou de I.D qui sont présenté en forme de paragraphes sans oublier les mots liens.

 

 

 

 

 

D- Construire le résumé

 

 

-         Il faut veiller à ce que toutes les idées principales soient reformulées au niveau du plan du résumé.

-         Il faut ensuite rédiger ce plan.C’est à dire former des phrases correctes (simple, assez courtes et bonnes)

-         On obtient ainsi un petit texte, où les idées sont cohérentes.

 

 

Remarque :

 

-         le résumé peut comprendre un détail provenant des idées secondaires, à condition que ce détail  vienne en complément d’une idée principale

-         A exclure :

  • le style télégraphique (tirets, abréviations, la numérotation, les morceaux de phrases)
  • La juxtaposition de fragments du texte (quelques morceaux de phrases ou de paragraphes)
  • La paraphrase (mots et les expressions de l’auteur)
  • Les commentaires (point de vue personnel, sentiments, jugements)
  • L’introduction et la conclusion hors texte
  • Le dépassement de la proportion exigée (nombre de mots)
  • La non précision du nombre exacte de mots en bas du résumé.

 

 

 

 

LE VOCABULAIRE

 

 

1.     Définition

 

C’est le deuxième exercice de l’épreuve de contraction de texte.Il s’agit d’expliquer le sens dans le texte des mots ou d’expressions importantes pour la compréhension du texte.

 

 

  1. Comment procéder ?

 

-         inscrire le mot ou l’expression et le souligner.

-         Donner à chaque mot un sens clair et précis en deux ou trois lignes

-         Prendre soin de définir le mot dans son contexte. C'est-à-dire tel que l’auteur l’a employé avec tous les renseignements, se trouvant dans le texte. (époque, lieu, les personnes concernés, la réalité désignée etc…)

-         En présentant l’explication de chacun, il faut faire recours à des expressions comme : « dans le texte cette expression (ou ce mot) est employé pour »

  • selon l’auteur […] désigne…
  • l’auteur utilise […] pour exprimer…

 

 

 

 

LA DISCUSSION

 

 

 

  1. définition

 

C’est le troisième et dernier exercice de l’épreuve de la contraction de texte.

-         elle se présente comme une petite dissertation. Elle comporte donc une introduction, un développement et une conclusion.

-         La discussion permet de faire une réflexion critique. Il faut s’exprimer, argumenter, convaincre, en se basant sur son expression, ses connaissances, ses lectures.

 

 

  1. comment procéder ?

 

-         étudier l’énoncé : les mots importants et leur sens, la reformulation du sujet.

-         Chercher les idées en se référant à la culture générale, aux expériences vécues, des références littéraires.Il faut tenir compte des exemples et des citations.

-         Organiser les idées suivant un plan

-         Le plan classique de la discussion :

I-                   la thèse à défendre (oui)

II-                 les limites de l’affirmation (mais)

  • d’autre types de plan son possible suivant le sujet donné.

-         construire l’introduction et la conclusion

-         passer à la mise au propre.

 

 

Remarque :

 

-         la discussion exige d’être concis et précis dans l’argumentation. Il faut donc éviter les explications unitilements  longues.

-         La disposition des parties et des paragraphes obéissent à la présentation d’une dissertation en général.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site